DRÔLE D’EN-DROIT

Bienvenue sur le site du Pr Gilles J. Guglielmi, dont il constitue le prolongement du travail académique et le vecteur de la liberté d’expression reconnue à tout universitaire.

Vous y trouverez des documents de travail dans deux domaines : 1°) l’enseignement du droit (droit constitutionnel, droit administratif ; droits de l’Homme et des Libertés fondamentales ; droit de la fonction publique) en licence ; 2°) la recherche juridique, parfois interdisciplinaire, sur le droit public, en Master et au-delà, à partir de thèmes relatifs au droit public comparé, au droit du service public ou au droit des contrats publics.

Des éléments du master "Juriste conseil des collectivités territoriales" y sont aussi déposés.

Ce site n’est pas un blog d’opinion. Il ne réagit pas à l’actualité (le Twitter @ugly_yelmi est plus adapté) et les forums sont fermés pour cause de spam. ISSN 2495-8875. Bonne visite à tous !

Articles les plus récents


Articles les plus récents


Le modèle français de la concession : conquête ou concurrence ?

Intervention au colloque "Le droit administratif français est-il encore exportable ?"
lundi 13 novembre 2006 par Gilles J. Guglielmi

Intervention à la table ronde du colloque de l’ADPE et du CRDA de Paris-II "Le droit administratif français est-il encore exportable ?", le 6 octobre 2006.



Fiches de TD (Droit et Sc Po) 1er semestre 2006-2007

vendredi 10 novembre 2006 par Gilles J. Guglielmi


La faveur, compte rendu de la première réunion

mercredi 1er novembre 2006

Compte rendu de la réunion d’orientation
du mercredi 25 octobre 2006 au CERSA



Pas perdus résonnant dans le péristyle du Droit

article paru dans l’ouvrage collectif "Sur les fondements du droit public, De l’anthropologie au droit", G. Koubi et I. Muller-Quoy (dir.), Bruylant, Bruxelles, 2003.
mardi 31 octobre 2006 par Gilles J. Guglielmi

Les fondements du droit peuvent être vus comme des bases strictement nécessaires pour parvenir à atteindre certains buts. Soit ces buts sont analysés de façon globale, comme fixés par la société qui instaure et garantit un système juridique, soit ils sont étudiés localement, norme par norme, en vérifiant que le but de chaque norme, qui est d’influencer certains comportements, est atteint. Mais dans les deux cas, selon cette conception instrumentale ou médiate du droit, l’étude des fondements se trouve paradoxalement réduite à celle des objectifs, dont l’accomplissement épuiserait la raison d’être du droit.



Fiches de TD (AES) 2006-2007

par Julien Martin
lundi 30 octobre 2006

par Julien Martin



Un service public universel ?

Communication à la journée d’étude de la promotion "Doctrine/s" sur le thème "Objets et sujets universels" à paraître en 2007 aux Presses universitaires de Strasbourg
lundi 30 octobre 2006 par Gilles J. Guglielmi

Plutôt que de rechercher l’illusoire conciliation entre service universel (au sens européen) et service public (au sens français) – puisque, dans un sens, la substitution du service universel au service public porterait atteinte de manière frontale à l’existence même de la notion française, et que, à l’inverse, l’intégration des prestations de service universel dans les règles du service public français ne serait que circonstancielle en raison du fait que la source juridique du service universel nous échappe –, mieux vaut explorer les rapports possibles que les deux notions entretiennent chacune avec l’universel. Il s’agirait en quelque sorte de prendre au mot les locutions et d’interroger, dans chaque cas, le contenu réel de la prestation de service au regard de son universalité.



Prière et service public

Communication au Colloque du CER:FDP pour le centenaire de la loi du 9 décembre 1905 relative à la séparation des églises et de l’Etat, publié à la Revue "Droit et cultures", 2006, n° 51
lundi 30 octobre 2006 par Gilles J. Guglielmi

L’étude des rapports entre service public et prière doit tenir compte du bourgeonnement du droit de la CESDH sur le porte-greffe du droit français. Et dans cette perspective, ces rapports traduisent un arbuste à croissance lente. La marque de la séparation des Eglises et de l’Etat semble en France suffisamment prégnante pour que les points de contact soient rares et plutôt indirects. Néanmoins à partir des systèmes juridiques et des pratiques d’autres pays d’Europe, les arrêts pragmatiques de la Cour européenne des droits de l’Homme révèlent une retenue comparable, même si leur fondement est nécessairement différent.



Le bon retrait

dimanche 29 octobre 2006 par Gilles J. Guglielmi

né d’une exposition universelle



Au triangle d’or

dimanche 29 octobre 2006 par Gilles J. Guglielmi

au bord du Mékong



Une muraille

dimanche 29 octobre 2006 par Gilles J. Guglielmi

si proche de Beijin...


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs :

Suivre la vie du site fr    ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP + AHUNTSIC

Creative Commons License