Conseils à un jeune auteur

Réunis par Eric Angelini
mardi 16 juillet 2013

On trouve sur le site de Eric Angelini la synthèse des fameux "Conseils à un jeune auteur".
Merci à Luc Bentz de m’avoir signalé l’absence coupable ici durant plusieurs années de la mention de... son auteur et toutes mes excuses au légitime propriétaire de ces lignes réjouissantes et utiles et dont le reste du site est par ailleurs remarquable.

Malgré leur forme humoristique, ils ont l’avantage de présenter de façon très pédagogique des règles réelles de bonnes pratiques d’écriture et... un peu plus.


"Ces « Conseils à un jeune auteur » sont souvent attribués à William Safire, lequel en publia une trentaine en 1990 dans son livre « Fumblerules ». Il semble, d’après ce site-ci, que l’on doive en rétrocéder la paternité à George L. Trigg (et alii), lequel les fit paraître le 19 Mars 1979 dans la Physics Review Letters (volume 42). Quoi qu’il en soit le genre fit florès – et de nouvelles règles s’ajoutent tous les jours. Voici un début de compilation en français (merci à Laurent Franceschetti, Jean Fontaine, Thierry Bouche, Nicolas Graner, Foucauld Pérotin, Sébastien Bailly, Didier Bergeret, Robert Rapilly, Frédéric Zgud, Jacques Theillaud, Hervé Lechat, Alain Zalmanski, Michel Clavel, Jean-Guillaume Battaglia, Pierre-Yves Carlot, René Drouin, Yves Maniette, Grevisse, MSWord et Bescherelle)."

1. Soyez sûr que chaque pronom s’accorde avec leur antécédent.
 
2. Le sujet et le verbe sera accordé.
 
3. Le non-emploi des doubles négations n’est pas à exclure.
 
4. Mettre un verbe à la forme pronominale peut révéler se risqué.
 
5. Il ne faut pas conjuguir les verbes du premier groupe en leur appliquissant les règles du deuxième.
 
6. Quant aux verbes irréguliers, résoudez-vous à les apprendre.
 
7. L’adjectif possessif s’accorde toujours avec sa sujet.
 
8. Révisez bien les règles de la élision.
 
9. Certaines apostrophes, en revanche, ne posent plus de problème au’jourdhui.
 
10. Une préposition n’est pas idéale pour terminer une phrase avec.
 
11. Et commencer une phrase par une conjonction n’est pas très heureux non plus.
 
12. Vérifiez souvent l’orthographe des mots dans le dictionaire.
 
13. Supprimez les traits-d’union mal-venus.
 
14. Vérifiez soigneusement qu’aucun ne manque.
 
15. Anathématisez les tournures amphigouriques.
 
16. La voix passive ne sera pas employée.
 
17. Les phrases qui ne comportent qu’un seul mot ? Éliminez !
 
18. Distribuez les Majuscules avec Parcimonie.
 
19. Les gentilés, comme bruxellois ou parisien, prennent la majuscule, eux.
 
20. .d’une manière générale, vos phrases seront délimitées par une majuscule et un poinT
 
21. Évitez les clichés comme la peste !
 
22. Ne croyez-vous pas que les phrases interrogatives soient inutiles ?
 
23. Les mots étrangers ne seront pas welcome. Si vous deviez malgré tout employer une locution étrangère, mettez-la in fine en italique.
 
24. Ne tutoie pas ton lecteur.
 
25. Abandonnez absolument ces assourdissantes allitérations agaçantes.
 
26. Retenez toujours le mot le plus précisé.
 
27. Soyez toujours sincère, quitte à mentir.
 
28. « Je déteste les citations », disait Ralph Waldo Emerson : imitez-le.
 
29. N’abusez pas des esperluettes & autres signes typographique§.
 
30. N’utilisez pas d’abrév.
 
31. Une phrase au futur antérieur aura été presque illisible.
 
32. Ne disez pas disez, disez dites.
 
33. Tâchez de ne jamais vous contredire toujours.
 
34. La grossièreté fait vraiment chier son monde.
 
35. Faites régulièrement des sauvegardes, elles seront utiles en cas d’
 
36. Choisissez avec rigueur des mots plus ou moins exacts.
 
37. Les mots intervertir n’est pas recommandé.
 
38. Ne donnez pas de conseils à la forme négative.
 
39. Séparez bien le smotsl es uns des autres.
 
40. Certains mots deviennent incompréhensibles sans leur fixe.
 
41. La sobriété est un milliard de fois plus efficace que l’exagération.
 
43. Numérotez soigneusement votre travail.
 
43. Évitez les redondances, n’exprimez pas dix fois la même idée, ne rabâchez pas et surtout bannissez le radotage.
 
44. Les virgules utilisées, correctement ajoutent, de la clarté, au discours.
 
45. Ne vous éloignez pas de votre sujet comme le ferait un rêveur dont l’œil, attiré par une vitrine brillante, se détournerait de son but, car ils sont beaux les étalages à l’occasion des fêtes, on a envie de tout, ce téléphone portable qui prend des photos, ça fonctionne comment Monsieur ?
 
46. Faites votre le circonflexe !
 
47. Trop de concision ruine.
 
48. Les remarques entre parenthèses alourdissent (inutilement) votre propos.
 
49. Ne formez pas de phrases comportant plus de dix ou onze mots.
 
50. La relecture est très, très improtante.
 
51. La voix active sera toujours utilisée.
 
52. Accumuler les images boiteuses c’est comme s’aventurer en terrain mouvant sur des sables minés : on risque de se prendre les pinceaux dans les pieds du tapis.
 
53. Laisser tous les verbes à l’infinitif être absurde.
 
54. Méfiez-vous des expressions latines : in cauda venenum.
 
55. Évitez d’écrire sans ponctuation au kilomètre il est difficile de suivre.
 
56. Bouts de phrase ici et là pas.
 
57. « Évitez l’accumulation de “guillemets de rang supérieur dits ‘anglais’” ».
 
58. À propos de répétition, souvent la répétition d’un mot ne justifie pas sa répétition.
 
59. Toutes les généralisations sont abusives.
 
60. Un texte truffé d’analogies sera long comme un jour sans pain.
 
61. Exercez-vous à repérer les bancales constructions.
 
62. Évitez les mots à la mode, on finit par ne plus les kiffer.
 
63. Ne vous précipitez pas dans l’abîme des métaphores usées jusqu’à la corde.
 
64. Passez vos textes au vérifficateur orthographique.
 
65. Terminez vos phrases par un point final#
 
66. Il est vital que la concordance des temps fut respectée.
 
67. Jamais de phrases sans verbe.
 
68. L’abus de points d’exclamation fatigue le lecteur !!!
 
69. N’utilisez pas d’images trop fortes, c’est du génocide.
 
70. Les hyperboles mal maîtrisées vous feront verser des tonnes de larmes.
 
71. La précision, la minutie, l’exactitude maniaque – on pourrait presque parler de méticulosité, d’hyper-circonspection, voire de perfectionnisme obsessionnel – ennuient.
 
72. Sujet, verbe, complément, une phrase bien structurée aligne.
 
73. Une bonne ponctuation. Fluidifie. La lecture.
 
74. Prière de ne pas abuser des injonctions indirectes.
 
75. Soyez tous originaux ! Sortez du lot commun !
 
76. Enfreignez les règles, désobéissez !
 
77. Les points... de suspension... encombrent... plus... qu’autre chose...
 
78. En ayant utilisé un gérondif passé on ne se sera pas fait comprendre.
 
79. Évitez le parler bébé sinon panpan !
 
80. N’insultez pas ce crétin de lecteur.
 
81. Terminez toujours ce que vous commenc
 
82. Il arrive qu’on laisse traîner des mots mots en double : corrigez immédiatement.
 
83. La fonction copier/coller produitction copier/collparfois d’étranges résultats.
 
84. Ne buvez pas en écrivant : l’abus d’alcool ne farovise pas l’exprechion.
 
85. Évitez les parlures locales.
 
86. Se tromper dans les paronymes ne vous anoblira pas !
 
87. N’accumulez pas les listes, index, nomenclatures, inventaires, répertoires, relevés, catalogues, dénombrements, fichiers, glossaires, tables, listings, énumérations, etc.
 
88. Vérifiez que les participes passés que vous avez utilisé ont été accordé selon les règles.
 
89. Un bon alexandrin, comme ici, fait douze pieds juste.
 
90. Utilisez à bon escient les superlatifs les plus meilleurs.
 
91. Pour mettre un adjectif au féminin, ajoutez e : cette façon de faire est rarement fautife.
 
92. Les adverbes sont des mots totalements invariables.
 
93. Article est souvent nécessaire.
 
94. On ne peut insérer le complément dans une phrase circonstanciel de lieu n’importe où.
 
95. Le sens de la phrase modifie la permutation du sujet et du COD.
 
96. À la place du COI il faut bien réfléchir.
 
97. Supprimez certains déterminants sans les états de l’âme.
 
98. Formez correctement les pluraux.
 
99. N’écrivez pas la même histoire 99 fois : ces exercices de stylo peuvent lasser.
 
100. N’abusez pas des mots-valise, ils deviennent vite exaspilants.
 
101. Les homonymes sont souvent source d’impers.
 
102. Empiler, accumuler ou amasser les synonymes, les mots de sens voisin, les équivalences et autres termes approchants, finira par vous désavantager, vous desservir, voire vous handicaper ou nuire à votre carrière, métier, profession, travail, etc. Bref, faites court, exact et précis. Clair et net. Vrai. Juste.
 
103. Ne plagiez pas.
 
104. Ne plagiez pas.
 
105. Les calembours ça cale, ça bourre et ça em... le lecteur.
 
106. N’encombrez pas votre Nike texte de Coca-Cola noms de marques Dior.
 
107. De même éviterez-vous le name-dropping façon Bret Easton Ellis dans Glamorama, Christine Angot (Quitter la ville) ou Guillaume Dustan pour son Nicolas Pages.
 
108. Faites disparaître de la version définitive tous les mots barrés biffés raturés.
 
109. L’anacoluthe, par sa rupture de construction, le lecteur perd le fil.
 
110. De même, repoussez à bras ouverts l’obscure clarté des oxymores.
 
111. Le gras sera réservé aux mots importants.
 
112. Tout souligner c’est ne rien souligner !
 
113. Ne mélangez pas les polices de caractères, ça fatigue les yeux.
 
114. Une litote, c’est pas toujours nul.
 
115. Les paradoxes font souvent réfléchir le scripteur.
 
116. N’utilisez jamals le texte prcduit par un logidel de recormaissance decaractèrcs sans lávoir soiqneusement corngé,
 
117. Bien que le style moderne tolère la suppression de la ponctuation notamment des virgules qui encadrent les incises certaines phrases comme celles qui en comprennent plusieurs parfois même imbriquées peuvent devenir incompréhensibles si l’on omet ces virgules pour les lecteurs plus nombreux que l’on croit surtout de nos jours peu familiers malgré les efforts de leurs professeurs de l’œuvre de Proust.
 
118. Ne vous fixez pas de contraintes folkloriques de type pangramme : le job n’est pas de faire du show.
 
119. N’utilisez pas de citations sans nommer l’auteur pour vous en attribuer le mérite. Il vaut mieux ne pas monter bien haut, peut-être, mais tout seul.
 
120. Ne confondez jamais la prose et le poème.
En mettant votre texte en vers de mirliton,
vous trouverez parfois quelques lecteurs qui aiment,
mais les autres diront : ce n’est pas de bon ton.
 
121. Il n’y a aucun motif pour qu’il n’y ait pas d’a, ou d’i, ou d’o, ou nous ignorons quoi, dans vos publications. Ça vous fait parfois plaisir mais ça distrait, donc ça nuit à la transmission d’information.
 
122. Ne vieillissez pas.
 
123. Non, non, non aux anaphores qui bouillent comme une onde dans une urne trop pleine !
 
124. De même pensez aux épiphores fort, fort.
 
125. La cadence ? Aucun contre-pas n’est pour votre fraise !
 
126. Rectepsez l’odrre des ltertes dnas les mtos ; ne ceoryz pas cuex qui vuos desnit qu’on puet les melégnar snas niure à la liiiisblté.
 
127. Quand on écrit trop vite on risque de substitué un infinitif à un participe passer, ou l’inverse.
 
128. Et pas de sous-entendus comme la dernière fois, hein !
 
129. Oncques n’use de graphyes desmodées.
 
130. N’expliquez pas systématiquement l’étymologie (du grec etumos, vrai, et logos, parole).
 
131. Ne sera pas trop la bousculée syntaxe, on dit l’a déjà.
 
132. Le sens de certains néologismes peut échapper aux liseurs.
 
133. Je me souviens d’un livre dont toutes les phrases commençaient par les mêmes mots ; n’imitez pas ce procédé.
 
134. Tenez à l’œil le
 metteur
 en pages de
vos textes.
 
135. U n m a u v a i s i n t e r l e t t r a g e e s t u n e c a t a s t r o p h e p o u r l o e i l.
 
136. Ayez à coeur que les ligatures sœint bien à leur place.
 
137. Donnez toujours un exemple au moins :
 
138. L’exactitude du vocabulaire sera toujours girafe.
 
139. Faitesvouspayeraunombredesignesemployés,espacescompris.
 
140. Pas de slogans !
 
141. Vous emploierez l’impératif pour toute recommandation de ce type.
 
142. C’est les gallicismes qu’il faut fuir.
 
143. Longtemps, levez-vous de bonne heure pour écrire la première phrase.
 
144. Le genre science-fiction n’admet pas toutes les incoh&%$鵧ces.
 
145. Un bon polar ne révèle qu’à la toute fin le nom du coupable Raoul.
 
146. Vous voulez écrire des romans psychologiques ?
Pourquoi ?
 
147. Le genre autofiction parle de moi – ne vous y essayez pas.
 
148. Dans un nouvelle, la chute est primordiale, elle doit toujours surprendre le garde-barrière.
 
149. Il faut appeler un chat un félidé.
 
150. Traquez les couilles.
 
151. N’écrivez jamais que vous n’écrirez jamais.
 
152. « Signez toujours vos productions. » (Anonyme)
 
153. Diantre, il appert qu’il faille traquer moult archaïsmes pour occire iceux !
 
154. Quand une phrase est finie, elle est finie, inutile d’en rajouter, mettez un point final, ne prolongez pas sans raison, terminez sans repentir, arrêtez.
 
155. Par ailleurs, la cassure incessante, systématique, de la phrase, de son rythme, par l’usage, par l’abus bien souvent, de ponctuation – virgules, tirets et parenthèses en particulier – quand bien même leur présence pourrait, à la rigueur, se justifier – grammaticalement s’entend – est de nature à gêner (voire même à lui nuire franchement) la compréhension que le lecteur, pour attentif qu’il soit, pourrait avoir du texte, car elle témoigne toujours – ladite cassure –, enfin généralement, de constructions (trop) complexes – d’ailleurs, sans doute, mal maîtrisées.
 
156. Les parenthèses (comme les crochets vont par paires.
 
157. Relisez vos phrases à voix haute : nul bégayement, mantra, tracas, cacophonie n’y survivra.
 
158. Prenez votre courage à deux mains et votre stylo dans l’autre pour éliminer les incohérences.
 
159. Soyez spontané et laconique dans vos interventions, il y en a trop qui se laissent aller à noyer la quintessence de leur message dans un océan de phrases trop longues dont le sens finit par se perdre au fil d’une lecture rendue de plus en plus difficile par une accumulation souvent totalement inutile de propositions subordonnées et de compléments divers, qui, loin de renforcer, ainsi que le souhaiterait sans doute l’auteur, la portée de ses propos, ne fait qu’en diluer la signification, aboutissant de manière inéluctable à l’agacement du lecteur et, par voie de conséquence, à sa légitime suspicion vis-à-vis de la pertinence du contenu de ce qu’il tente avec une opiniâtreté qu’il faut bien qualifier d’admirable de déchiffrer.
 
160. Veuillez s’assurer que le rendement de logiciel de traduction n’est jamais reproduit sans corrige soigneux.
 
161. Soyez vigilant, la dyslexie peut vous jouer des trous.
 
162. Ne faites pas totalement confiance au traîtrement de texte.
 
163. Ne truffez pas votre discours de proverbes car qui trop embrasse mal étreint.
 
164. Isolez-vous pour écrire, sous peine de devoir être interrom – j’arrive dans une petite heure, chérie !
 
165. Bien utiliser un clqvier non qwerty suppose un qpprqntissqge sp2cifiaue<
 
166. Les règles sont faites pour être empreintes.
 
167. Il faut que vous n’utilisassiez les subjonctifs que si vous maitrisissiez parfaitement ce mode. Il en allut de même pour le passé simple.
 
168. Ne chargez pas un impératif par un point d’exclamation !
 
169. N’accablez pas les jeunes auteurs de conseils.
 
170. Write in french.
 
171. Délayez.
 
172. Écrivez à la main.
 
173. Ne laissez pas vos phrases paraître sur le web.
 
174. Quant avec des prépositions compatibles du bon usage, votre vigilance consistera selon ceci : rapprocher vos tournures au Bescherelle.
 
175. .egaq al renruot zehcaS
 
176. Ne composez nul vers, ni plaisant, ni sublime. Jamais aucun bon sens ne s’attache à la rime.
 
177. N’ECRIVEZ PAS EN MAJUSCULES, VOUS PERDRIEZ EN LISIBILITE.
 
178.
N’insérez
pas
de
retours
à
la
ligne
inutiles.
 
179. É vi T les T xto 7 1 +.
 
180. Écrivez les 10 chiffres (et autres nombres) en toutes lettres.
 
181. Pour numéroter les siècles ou les souverains, utilisez les VII chiffres romains.
 
182. Pas de phrases injonctives.
 
183. Retenez qu’où y a hiatus, y a cactus.
 
184. Méfiez-vous des puristes qui refusent toute évolution de la lank.
 
185. Voyez de vos yeux les pléonasmes.
 
186. He ! Ho ! Utilisez des interjections !
 
187. Le point-virgule a pratiquement disparu de nos jours : ressuscitez-le !
 
188. En fin de ligne, coupez les mots entre deux syll-
abes graphiques.
 
189. Qu’on apercoive rapidement les cédilles mal plaçées !
 
190. Ne composez pas vos textes dans un corps ridiculement petit.
 
191. Certaines formules anglo-saxonnes seront bannies de vos textes littéraires et/ou recherchés.
 
192. N’abusez pas des suffixes dans vos phrasettes.
 
193. .sa6ed sap suas uoq np uawexa un,p uios uaiq zahe -
 
194. Intéressantes, les ellipses !
 
195. Ne puisez pas trop dans le vocabulaire juridique ni dito commercial.
 
196. La juxtaposition boomerang de termes phare ternira la clarté tout-terrain de vos énoncés choc.
 
197. Bienheureuses les phrases avec un verbe évocateur !
 
198. N’utilisez pas machin, chose, bidule pour écrire vos trucs.
 
199. Ne soyez pas ami avec les régionalismes.
 
200. Trois points entre crochets [...] une coupe.
 
201. Astérisque est masculine.
 
202. Retenir que les deux règles pour avoir du succès sont :
- petit (a) : ne jamais dire tout ce que l’on sait ;
- petit (b) :
 
203. Cette phrase de quatre-vingt-sept lettres vous montre à quel point le métalangage peut être passionnant...
 
204. Laissez les aptonymes à Ducon.
 
205. N’oubliez pas les traits d’union que réclament certains nombres (on ne va pas vous le répéter trente six fois).
 
206. Ne mêlez pas la religion à vos écrits, nom de Dieu !
 
207. Le « politiquement correct » peut offenser certaines personnes : respectez tous les points de vue.
 
208. Attention, le pluriel des noms composés est plein de chaussent-trapes !
 
209. Faites relire vos textes par un avocat : l’édition est un monde corrompu, dirigé en sous-main par les trois enculés que sont G***, M*** et H***.
 
210. Les critiques littéraires sont des gens formidables.
 
211. Laissez tomber les sigles S.V.P.
 
212. Ne glissez pas d’argot en loucedé.
 
213. Tout de même virgule ne soyez pas trop obsédé par la ponctuation point d’exclamation
 
 
... (à compléter)
 
 
299. Se souvenir, comme Robert Filliou, que les phrases c’est ce qui sert à rendre la vie plus intéressante que les phrases.
 
300. Rédigez des textes structurés et cohérents : ne vous contentez pas de compiler des morceaux envoyés par différentes personnes !


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 10904 / 1898264

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Recherches juridiques  Suivre la vie du site Méthodes de recherche   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.24 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 144